Pourquoi est-ce si
compliqué de se mettre
en ordre avec cette loi ?
Et qu’est-ce qui m’empêche de m’en charger
moi-même ?
Une fois les produits vendus, les déchets d’emballages dont
vous êtes responsable atterrissent la plupart du temps dans
les conteneurs de vos clients. Seule une partie restreinte se
retrouve dans vos propres flux de déchets.
En théorie, vous devriez donc réclamer la preuve du recyclage
de vos emballages à vos clients ou reprendre ces emballages
lors d’une prochaine livraison et les faire recycler.
Une opération qui se révèle irréalisable en pratique !
Que fait VAL-I-PAC pour
vous ?
Nous récoltons les données, nous les compilons et rapportons
aux autorités d’une manière collective :
• vous nous communiquez (comme le font nos 8.000 adhé-
rents) les quantités d’emballages que vous avez mises sur
le marché belge.
• les collecteurs de déchets nous fournissent les données
relatives aux emballages industriels qu’ils ont collectés
chez leurs clients et qu’ils ont recyclés ou valorisés.
La quantité totale mise sur le marché est ensuite comparée à
la quantité recyclée et cela donne un certain taux de recyclage
global pour l’ensemble de nos clients.
Quantité de déchets d’emballages traités
≥ 80 %
Quantité d’emballages mis sur le marché
• nous transmettons ensuite ces données aux autorités.
Votre avantage ?
En mutualisant les données, VAL-I-PAC atteint de manière
globale l’objectif imposé.
Votre entreprise est donc assurée d’être parfaitement en règle
avec la législation puisque c’est nous qui nous engageons
à atteindre les pourcentages légaux et à fournir les preuves
nécessaires aux autorités.
Reste effectivement à compléter votre déclaration annuelle, ce
qui nécessite parfois certains travaux de recherche.
« Mais si VAL-I-PAC n’existait pas, vous vous
imaginez le stress qui consisterait à réclamer,
client par client, toutes ces preuves de
recyclage ? »
Afin de mener cette mission à bien, VAL-I-PAC encourage la
collecte sélective par le biais d’incitants financiers : cette me-
sure nous a permis d’atteindre chaque année les objectifs de
recyclage imposés.
Plus de 8.000 entreprises font
aujourd’hui appel à VAL-I-PAC.
Ce n’est pas un hasard.
L’objectif du législateur était clair : diminuer le volume des déchets d’emballages, encourager
l’utilisation d’emballages non polluants et/ou réutilisables et stimuler le recyclage des emballages
restants.
Un souhait parfaitement louable. Mais la pratique se révèle, hélas, bien plus complexe.
1,2,3 5,6